logo compas format

 

Place communale, 7 à 4100 Seraing
Tél : 04 330 97 10 - Fax : 04 330 97 12

 
Directeur : Alain Moriau Gsm : 0495 94 84 27 alain.moriau@compas-format.eu
notre site internet 

Compas Format ASBL a obtenu ce 17 mars 2011 le certificat " système de management de la qualité ISO 9001:2008 "

Compas Format ASBL travaille actuellement sur 2 projets, la formation d’animateurs de proximité et le Service d’Accrochage Scolaire :

1. Le S.A.S. Espace Tremplin Compas Format ASBL est une structure d’accueil pour les jeunes de l’enseignement secondaire de tous les réseaux, en décrochage scolaire ou en situation d’exclusion , dont la prise en charge s’inscrit dans le cadre des articles 30, 31 et 31bis du Décret « Discriminations positives » du 30 juin 1998 modifié par les Décret du 12 mai 2004 et du 8 janvier 2009. Compas Format ASBL est agréé et subventionné par les Ministères de l’Enseignement et de l’Aide à la Jeunesse et est en partenariat avec la Province de Liège.

La mission est d’apporter une aide sociale, éducative et pédagogique aux jeunes accueillis avec comme but un retour vers une structure scolaire ou une structure de formation agréée dans le cadre de l’obligation scolaire. L’équipe composée d’éducateurs et d’enseignants, bénéficie d’une liberté pédagogique. Son travail en réseaux est essentiel. Le public du SAS se compose d’adolescents en âge d’obligation scolaire, qui, pour des raisons d’exclusion ou de décrochage, se trouvent en rupture avec l’école. Âgés de 12 à 18 ans, ils viennent de tous les réseaux de l’enseignement et sont dans une démarche volontaire.

Les trois principaux axes de travail sont, la famille, l’école et le jeune. L’idée étant de prendre le jeune en compte dans sa globalité scolaire, familiale et sociale. Le travail avec la famille est essentiel : la famille du jeune est, en effet, un partenaire incontournable. C’est un soutien indispensable pour l’enfant dans la poursuite de son projet.

Tous les jeunes du SAS connaissent des difficultés avec les apprentissages scolaires, il faut donc profiter de ce moment pour leur apporter une aide plus personnalisée. Si le jeune est inscrit dans une école, le travail scolaire se fait en collaboration avec les enseignants de son école. Ce travail avec l’équipe éducative est nécessaire pour garantir un retour réussi dans son école. Le travail des formateurs reste plutôt d’amener le jeune à réfléchir sur le sens de ce travail scolaire.

Les formateurs accompagnent l’élève dans le processus de réintégration dans l’école. Le travail avec le jeune consiste essentiellement à l’aider à se construire un projet de formation, et à l’aider ainsi à transformer ses comportements inadéquats en comportements acceptables par la structure scolaire.

L’accompagnement de chacun est personnalisé avec, en alternance, des moments individuels d’évaluation, d’écoute et de recadrage et des moments de travail en groupe. Le travail individuel est très important pour le jeune qui a besoin d’un lien privilégié à l’adulte, souvent un référent. Il lui faut beaucoup d’écoute et de valorisation. Il a besoin d’être entouré, d’être l’objet de beaucoup d’attentions. Le fait que le formateur représente une image bienveillante et positive va permettre à l’adolescent de changer l’image qu’ils ont d’eux-mêmes.

Le maintien de la dimension de groupe est également fondamental en termes de socialisation et d’échanges. Les périodes d’activités sont pour les jeunes des moments de perception et d’observation de leurs propres fonctionnements dans un groupe. Elles seront à la base d’une analyse des fonctionnements personnels et collectifs et de leurs résonances. Ces observations serviront aussi de matériaux pour travailler avec le jeune son attitude en classe.

Les activités en groupe (sportives, culturelles et citoyennes) sont l’occasion d’instaurer un cadre fort (règles, sanctions) et un engagement du jeune par rapport à ces règles. D’autre part, l’organisation d’activités va permettre au jeune de s’approprier des outils d’expression qui vont l’aider dans la construction de sa propre identité. Ces activités vont aider le mineur d’âge à trouver différents moyens d’exprimer positivement leur énergie et à prendre conscience de leurs capacités, de leurs compétences, de leurs fragilités et de leurs limites.

À ces trois axes (la famille, l’école et le jeune), s’ajoute aussi un travail avec des associations, en lien avec les problématiques rencontrées par le jeune (SAJ, SPJ , AMO ,CPMS…). Les liens tissés entre le jeune et ces différents partenaires permettront à celui-ci de se sentir entouré, même après son retour à l’école. Il saura où trouver de l’aide quand un problème surgira et pourra ainsi éviter que la situation ne se dégrade. Trois grands principes sont appliqués : la reconnaissance du statut d’acteur du jeune, un grand temps d’écoute du jeune, et l’élaboration d’un cadre de vie rassurant et précis avec des règles connues et appliquées, par tous les adultes, à tous les jeunes.

2. Formation Le projet qui vous est présenté est le fruit d’un travail de longue haleine et d’une réflexion d’intervenants sociaux qui durant des années ont utilisé l’animation comme outil de socialisation chez les jeunes.

En effet, il y a 25 ans, ce travail était réalisé par les mutualités. Celles-ci ont progressivement abandonné l’ensemble de ces actions depuis 1988.

Avec un recul de pratiquement 20 ans, nous nous apercevons que le premier contact avec les enfants dans leur quartier est primordial. Nous constatons que les actions menées ces dix dernières années sont ciblées sur un modèle individualiste lié à la technologie, l’informatique, l’audiovisuel, l’internet, etc.…

Cette approche met les jeunes dans une position individualiste et non participative.

L’objectif en tant que Compagnons est de permettre aux jeunes de réapprendre à développer leur créativité et de s’exprimer avec un regard selon un modèle coopératif et Compagnonnique. Ce modèle favorise l’expression, la créativité mais également une remise en question de l’acquis et de comment rendre aux autres ce qu’on a appris.

L’appui Compagnonnique leur permet tout au long de leur apprentissage d’être suivi, évalué et de proposer un cadre afin d’être bien en accord avec l’objectif fixé.

Le public visé par la formation est bien entendu le public identifié par le décret du 17 mai 1999 (brevet d’animateur et de coordinateur de centres de vacances) et également un public fragilisé socialement que nous rencontrons au travers des quartiers.

Notre souhait est également d’assurer une continuité pour les jeunes qui sont en décrochage scolaire et qui, au départ de la formation, pourraient obtenir des équivalences afin de continuer leur parcours d’apprentissage dans un enseignement de promotion sociale.

Afin de réaliser ce second objectif, nous avons entamé des démarches vers les instances compétentes en la matière (Province de Liège, FPS etc.).

 

 

La visite de la caserne des pompiers

Les jeunes à l'abri de jour